Caca boudin et autres mots tendres…

b a la une censuré

Si le premier mot de votre fille est « putain » et que vous êtes toulousains, soit, vous vous donnez des excuses : « putain » c’est un peu comme de la ponctuation non ? Mais ici ou ailleurs, l’escalade des vilains mots donne du fil à retordre à nos petits randonneurs de la vie et avec eux, comme toujours, ça se corse très très vite…Les gros mots fusent dans toutes les cours de récré du monde, surveillance ou pas, les enfants ont besoin d’en entendre et d’en dire pour savoir ce qui se dit et ce qui ne se dit pas, pour braver l’autorité en laissant jaillir les insultes ou s’en accommoder en gardant les perles au goût âcre dans leur bouche.

Ne soyons pas malhonnêtes, nous disons tous des gros mots, plus que de raison parfois, surtout moi en fait, et même si je me retiens et que je transforme « merde » en « merdoulinette » ou « putain » en « lutin », les enfants ne sont pas dupes et répètent allègrement après l’auteur du méfait.

De retour à l’école, j’ai tendu l’oreille et ai enregistré de bien étranges syntagmes : « petit caca boudin qui pue des mains », « t’es qu’un prout pourri », « c’est trop dégueulasse », « grosse patate », »péteuse », »donne-moi toi 06 ou j’te montre ma saucisse »… mmm… inquiétant non ? Enfin, ça dépend pour qui car moi, comparativement parlant, je commençais à me sentir mieux…

On a investi dans une boîte à gros mots et à chaque palabre non autorisée, on a décidé qu’on prononcerait la bête à voix haute puis qu’on l’enfermerait à jamais dans la boîte. Il existe même un jeu pour collecter les gros mots avant de les enfermer…

Une petite vidéo « wesh » histoire de décomplexer un peu …  


Comments are closed.