Je veux me remarier… allez juste pour la robe chéri !

b a la une

 

Brides to be or not to be, petite fille ou retraitée, toutes les femmes ne peuvent s’empêcher de piler lorsqu’elles passent devant la vitrine d’une boutique de robes de mariée. C’est là, inscrit en nous comme un code barre indélébile, ça nous titille, ça nous fait peur, ça nous émeut. La première robe de mariée que j’ai essayée n’était pas la bonne. Toute en dentelle avec une ceinture noire et mes bras longs, je ressemblais à une mariée de film d’horreur… Quand j’ai enfilé LA robe, je l’ai su, c’était elle, on allait toutes les deux passer une excellente soirée…

Il n’empêche… Il n’empêche que mon mari m’a proposé de renouveler nos voeux avec nos potes et que ça ne peut se faire sans robe, cette histoire là !

Je me renseigne c’est tout …

Chez Delphine Manivet, on se la joue princesse loufoque en robe courte à cerceau et décolleté plongeant ou on opte pour la traîne romantique et la dentelle de Calais.

Avec la robe gitane de chez Cymbeline, on en fait des tonnes, cheveux lâchés couronne de bohémienne.

Chez Abla Volta, on jette son dévolu sur la robe bustier qui mixe la soie et la dentelle de Calais : on ne voit rien mais on devine tout.

En Jenny Packham, on se mute en vestale inaccessible, pailletée et corsetée.

Une rock & roll touch pour les robes délurées de Rime Arokady.

Enfin, on opte pour le rétro bohême pour plus de naturel et on laisse faire Elise Hameau.

Réflexion Kidimum : Je dois avouer que je me rêve en gitane, cheveux lâchés dégringolant en cascade dans le dos et voile  immaculé. Une gitane rétro. Sans trop. Du court un peu long. Oh, et un peu rock aussi avec un dos à la Mireille Darcq… oups ! Va falloir que je fasse un peu de tri dans mes idées avant d’aller voir une couturière non ?

Comments are closed.