Kidimood : 1 lit pour 2 !

3068c05a5c87cdd825c96daa23e2d2f4

Metsch est plutôt solitaire comme maman, Noushka elle est comme Kididad, une vraie sociable et aussi une angoissée chronique qui commence à grincer des dents dès que tombe la nuit. J’ai essayé des tonnes de choses, des nuits de cododo, les doudous qui sentent maman, la couverture enveloppante, les veilleuses en pagaille mais ce que veut ma fille, c’est dormir avec quelqu’un … comme nous sommes ses parents et qu’elle ne peut pas nous contraindre, elle a jeté son dévolu sur un quelqu’un en forme de mini blond qui n’ a pas l’air de trouver ça désagréable, bien au contraire …

KIDIMOOD GOOD

Honnêtement au début je ne pouvais rien faire parce que les choses arrivaient pendant la nuit et qu’au réveil je découvrais une boucle blonde dans le lit de Noushka sous les couvertures ou une petite brune ébouriffée en haut du lit cabane du blond. Ca m’a toujours attendrie, je trouve ça réconfortant et je considère comme une réussite de mère le fait que mes enfants s’aiment et se détestent aussi fort !

A 6 et 9 ans, is prennent encore très souvent le bain ensemble mais je suis vigilante, si l’un ou l’autre devait se montrer pudique ou déclarer sa gêne, on arrêterait immédiatement mais que voulez-vous pour l’instant ils jouent, ils font des bulles et des potions et il semble ne rien avoir de sexué dans leur relation … ils ne se regardent tout simplement pas  !

Noushka est apaisée lorsque son frère dort avec elle, elle maugrée moins, le mal de ventre nocturne n’arrive presque plus et Mon Dieu, comme j’aime les entendre rire comme des baleines avant de s’endormir !!!

On essaie de ne pas en faire une habitude mais c’en est une, par période, parfois ils se disent des méchancetés et regagnent leurs pénates, parfois y a des copains ou des copines et la question ne se pose pas, parfois ils réclament leur intimité et je les laisse faire sans poser de questions …

Selon Joanna Seidel, thérapeute américaine pour enfants, les enfants qui partagent une chambre « apprendront le respect de l’autre et développeront patience et compréhension. Cela peut aider les enfants à devenir plus sympathiques et plus empathiques ». Plus tard, dans la vie de tous les jours, ils seront plus enclins à partager un bureau en respectant l’espace d’autrui.
Bénéfice d’ordre affectif et pas des moindres quant à mes arguments : les kids se rapprochent, se rassurent mutuellement, créent des jeux ensemble et la présence de chacun rassure l’autre, comme une bulle. Je leur dis souvent : « Vous avez de la chance d’être si proches, d’avoir sous la main votre meilleur ami, c’est une chose essentielle dans la vie, un frère, une soeur, c’est l’assurance que vous ne serez jamais seuls !  » 

Le seul truc embêtant, c’est de les séparer finalement, si j’envoie Noushka en colo ou Metsch chez mamie, soyez assurés que je retrouverais quelqu’un dans mon lit bien avant les premières lueurs de l’aube !!!

DSC_0112

 

Comments are closed.