Kidimood : Des listes d’envies pour les petits

Capture d’écran 2018-05-29 à 09.56.28

Je ne sais pas si vous avez déjà testé le principe des listes pour vous- même, j’imagine que oui, pour ma part je suis spécialiste du genre, et je ne parle pas des listes de courses lambdas : liste de voyages, liste de « goals », liste de choses à faire (to do list), liste de livres à lire, de films à voir, de cadeaux à me faire, de lieux à tester …J’ai testé la chose sur les kids et honnêtement, ça leur apprend des tonnes de choses sur la frustration, le caprice, la véritable envie, l’éphémère …

KIDIMOOD GOOD

1/ Apprendre à formuler ses envies clairement

Il est bon pour un enfant de dire ouvertement ce qu’il veut, même et surtout si il est clair pour tout le monde qu’il ne va pas l’obtenir. Il a le droit de vouloir. C’est légitime. Certains parents ont du mal à dire oui, pour ma part je suis plutôt du genre à ne jamais dire non et à céder aux moindres désirs de mes enfants … Kididad est bien pire que moi, il ne leur laisse même pas le temps d’avoir envie ! Ainsi, nous avions besoin de cet outil de parentalité positive pour nous autant que pour eux. Pour réfréner. Pour réfléchir. Pour savoir si on veut vraiment. Pour tester la résistance à la frustration et s’en accommoder.

Capture d’écran 2018-05-29 à 09.57.21

ex/ Je veux inviter x, y et z à mon anniversaire

Noushka fait sa liste et pendant une semaine ou deux, elle réfléchit à ses véritables envies. A-t-elle vraiment envie d’avoir z à son anniversaire ? Ne préfère-t-elle pas inviter b avec qui elle est copine ces temps-ci ? L’enfant réfléchit seul à ses relations sociales et amicales. Il doit faire ses propres choix.

2/ Checker ses listes

Le concept de la liste est intéressant si on la retrouve et qu’on fait le point sur l’évolution des envies. Dans un carnet, sur le frigo, sur un mur d’envies dans la chambre de l’enfant pourquoi pas ? Il est essentiel de réviser régulièrement ses listes et par là même son jugement. Ces listes affichées sont importantes pour l’enfant car elles lui prouvent qu’il a été entendu.

ex/ Je veux ce jouet

Metsch doit noter ses envies dans un carnet, en plus ça lui fait un exercice d’écriture. Parfois, il décide de ne pas l’écrire parce qu’il a la flemme et l’envie part en fumée, parfois il est obsessionnel et nous parle d’un jeu pendant des jours et des jours. Ces listes là, on s’en sert pour les listes d’anniversaire ou de Noël. On les reprend aux moments clés et on les révise, on relit, on barre, on entoure et on se rend compte que l’enfant ignore parfois de quoi il en retourne ou est passé à autre chose. On lui fait donc comprendre le caractère non permanent de ses envies, non il ne va pas aimer Yokai Watch plus que quelques mois, il est donc inutile d’acquérir tout ce qui touche à la série ! Quant aux envies démesurées ou cinglées, l’enfant apprend en grandissant qu’elles ne sont pas accessibles et surtout pas nécessaires : Noushka n’aura pas de poney pour son anniversaire ni de licorne pour Noël ! Mais ça fait du bien de rêver non ?

Capture d’écran 2018-05-29 à 09.58.56

3/ Obtenir qqch/ Parvenir à son objectif

Ce qu’il reste souvent en haut de la liste, c’est finalement le vrai désir de l’enfant, pas le caprice initial. On peut à ce moment si l’achat n’est pas prévu engager l’enfant à fabriquer l’objet ou le pousser à économiser pour se l’offrir. Il doit trouver lui-même les moyens d’obtenir ce qu’il veut patiemment.

ex/ Noushka et Metsch décident souvent de faire des collections. Je leur propose de garder leur argent de poche pour les voyages que nous faisons et d’étoffer progressivement leur collection. Metsch a un objectif casquette et livre où qu’il soit, Noushka est plutôt tee-shirt et miroir. Je sens que NYC va les réjouir ! Pour ma part, je collectionne les souvenirs … oui bon, et les chaussures aussi !!!

Capture d’écran 2018-05-29 à 09.59.52

ex/Je leur propose parfois de fabriquer ce qu’ils veulent. Plutôt que d’investir dans un cadre tout fait, je mets à disposition tous les outils pour le faire sur mesure et ils apprécient vraiment ce moment créatif jusqu’à en oublier le désir initial du cadre tout fait vu dans une vitrine. Ca leur donne le goût de l’effort et ça les rend créatif tout en leur donnant confiance en leurs talents.

Comments are closed.