Kidimood : Going grey movement ou la revanche des « blandes »

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.56.04

Du naturel ? Vous voulez du naturel ? Soit. Je peux comprendre. Moi aussi j’en ai ras le bol de l’ammoniac et des diktats !  Mais quand ta féminité passe depuis des lustres par une chevelure sauvage et méditerranéenne, noire orientale jeune, auburn méché en approchant de la quarantaine, c’est plus difficile de passer le cap non ?  En Inde, si tu te trimballes avec des racines, tu passes pour la folle du village ! On n’est pas à Goa vous me direz ! La France aime les « blandes » paraît-il, les hommes un peu moins ce me semble… Certes, c’est un étendard féministe, c’est un coup de pied aux diktats absolus de la beauté qui veulent nous empêcher de vieillir, c’est quasi un acte politique, peut-être,  je ne dis rien mais c’est un fichu cap à passer et je dois dire que je ne suis pas sûre d’y adhérer avant la soixantaine …

kidimood k noir

C’est une de mes copines, une autre Karine, qui a questionné son entourage récemment et m’a fait réenvisager la chose sous un angle différent. Bien sûr, je n’avais pas loupé l’expérience Sophie Fontanel que j’adore, j’admire la journaliste Sarah Harris, 36 ans, sublime en blanc mais quand je pense aux cheveux gris/blancs, je visualise davantage Lio en négligé poivre et sel, Catherine Lara en rockeuse de diamants ou Françoise Hardy version astrologue déjantée ! Et ça ne me fait pas rêver, ah ça non !!! J’y vois comme un acte assumé de folledinguerie, allez savoir pourquoi ! Parfois je m’imagine en sari et cachemire sur une plage loin loin loin pieds nus, les cheveux blancs et fous et ça me fait doucement rire, je sais que je pourrais être cette femme … Un jour !

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.37.05

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.27.40

Pour la petite histoire, j’ai eu ma première mèche blanche vers 26 ans, apparue après une rupture douloureuse et brutale, une mèche visible, radicale que j’ai dissimulé dans la masse … Et puis ça a stagné pendant un long moment et je crois que j’ai commencé à me colorer régulièrement les tifs vers 35 ans… Tous les 6 mois, tous les 3 mois, puis tous les mois !

J’ai fait du noir corbeau, du brun, du auburn, des mèches, de l’ammoniac, du bio, du henné … Mais jamais je ne me suis dit que j’allais laisser tomber et ressembler au mieux à Cruella d’enfer ! C’était inconcevable ! J’ai fini par commencer à éclaircir mes cheveux pour espacer les couleurs, passer du noir au brun puis au brun clair et ça m’a permis de ne pas massacrer mon capital !

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.37.40

Pour moi, le passage aux cheveux blancs a été jusqu’à maintenant un acte de je m’en foutisme violent, comme ne pas se laver ou ne plus s’épiler ou sortir en legging … Non mais en legging quoi ! Je sais pourtant que ça demande du courage et de l’entretien !

Ma crinière brune, c’est ma féminité et je regarde avec tendresse, fierté presque,  les mamies avec leur teinture impeccable dans le bus, je me souviens de la mienne toujours coquette à près de 100 ans et je me dis que je n’oserais jamais passer ce cap, peut-être de peur de ne plus pouvoir revenir en arrière…

Pourtant je les trouve belles, élégantes, fortes …

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.26.51

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.27.29

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.28.52

Capture d’écran 2018-09-23 à 22.42.30

Alors je ne dis pas non, je ne dis pas oui non plus, je ne dis pas quand ni un jour, je dis on verra … Je dis que peut-être je saurais me réinventer avec des fils d’argent dans ma tignasse mais pas tout de suite, je ne suis pas prête, c’est drôle, j’ai l’impression de sortir à peine de mon adolescence !

Et vous les Kidimum, vous prenez le chemin « team blande » ou « colored girls forever » ?

Comments are closed.