Kidimood : Je suis une slasheuse

Capture d’écran 2018-10-08 à 09.50.32

Il est difficile de se définir dans un monde du travail qui n’est pas forcément taillé pour vous. Je suis un poil plus vieille – vieille, j’ai dit vieille ? – que les membres de la génération Y mais je m’y retrouve davantage que dans la mienne. Je dois être en avance sur la cadence. Il y a 4,5 millions de slasheurs en France soit 16 % de la population active. Je me suis identifiée très tôt comme une pluri, multi, poly mais il était difficile de me positionner comme tel sans faire le choix d’être indépendante. Mi zèbre mi fainéante, j’ai toujours mis de côté la Vocation avec un grand V pour me concentrer sur les mille potentialités que m’offrent mes compétences créatives … Et figurez-vous que ça marche ! Je ne suis pas milliardaire mais je suis épanouie au travail et je crois que c’est un luxe non ?

KIDIMOOD GOOD

Ecrire, mon unique Vocation ou plutôt Inventer car c’est grâce à ma créativité que j’ai pu entrer dans plusieurs rôles sans me mettre en danger, sans me sentir illégitime et surtout sans m’ennuyer : Professeur, Barmaid, Restauratrice, Blogueuse, Journaliste, Photographe, Ecrivaine, j’ai toujours des projets en court, toujours des envies d’ailleurs, je peux me donner à fond un jour, zapper le suivant, être multi casquettes dans une entreprise ou l’organisation d’un événement si mon imagination est excitée par le projet et je peux aussi … ne rien faire ! Je suis également hyper bonne en glande !

Je suis une slasheuse, si vous voulez en savoir plus, cet article est explicite et vous vous y retrouverez peut-être …

La qualité principale de la slasheuse ? Elle va vite, elle synthétise, elle choisit.

Alors oui, parfois je procrastine un brin c’est vrai, parce que je me perds dans des projets qui m’enchantent puis me fatiguent d’avance, je veux vendre des graines ou créer des bouquets de fleurs parfumés aux huiles essentielles pour lutter contre la dépression saisonnière. On peut vite sombrer dans l’excès avec ce genre de syndrome mais ça va, je gère, la plupart du temps …

Le seul problème, c’est qu’il ne faut pas s’épuiser car je suis parfois si submergée que je pourrais rester en boule dans mon lit pendant trois jours. Honnêtement, je le fais parfois, je recharge, je réfléchis, je fais appel à mon intuition.

En ce moment, par exemple, c’est ma casquette d’écrivaine qui me travaille. Alors je mets en scène mon nouveau lieu de travail et je deviens décoratrice d’intérieur puis je serais enquêtrice sur le terrain pour m’immerger dans ma nouvelle histoire, puis je ferais des photos pour trouver mes personnages,  puis je me mettrais derrière mon bureau et je me mettrais à écrire …

Je ne peux pas être une seule personne, je ne me sentirais pas comblée.

On dit que les trentenaires d’aujourd’hui exerceront environ 13 emplois différents dans leur vie. Et vous alors, vous slashez en cumulant les emplois ou vous êtes fidèles à votre Vocation – imposée ? Choisie ? Prenez le temps d’y réfléchir …

 

Capture d’écran 2018-10-08 à 09.40.59

Comments are closed.