Kidimood : Pas touche, mon corps m’appartient !

6358384342496911791400362023_31j2-ipu61l

Avec la classe verte qui approche, les colos en prévision, l’autonomie progressant,  j’ai pensé qu’il était temps de parler à Noushka et même à Metsch des abus sexuels, tout en ne prononçant peut-être pas les mots « abus sexuels » ou « pédophilie », tout en me questionnant sur ma légitimité à le faire, tout en angoissant de ne pas trouver les bons mots, tout en faisant de la prévention contre les adultes, mais pas tous les adultes, tout en ne les effrayant pas !

KIDIMOOD BAD

Que dire ? Que faire ? 

1/ Le bain est le lieu de l’autonomie

Quand tu sais qu’ 1 enfant sur 5 en France est un jour victime d’abus sexuels, il y a de quoi s’angoisser. Je dis depuis longtemps à mes enfants que personne n’a le droit de toucher à leurs parties intimes et leur ai appris très tôt à se laver seuls, sans doute par pudeur et pour éviter que quelqu’un d’autre que moi n’ait à le faire ! Ce qui ne m’empêche pas de checker de temps en temps et de leur expliquer les évolutions de leur corps. A partir de 4 ans, je pense qu’ils sont capables de se débrouiller et de comprendre !

2/ Etre open-minded

Parler de tout, même de ce qui gêne, et savoir dire que ça vous gêne. Quand Noushka me pose des questions sur les règles, le sexe, les préservatifs ou que Metsch me dit qu’il a hâte de faire l’amour, j’essaie d’être réceptive et de les inviter à se confier. Si je sèche sur un sujet, je leur dis que je vais me renseigner et que je leur expliquerai ce soir ( merci les livres, merci les copines, merci internet). En fait, j’essaie d’être cool, de ne pas dramatiser, de rester franche !

3/ Ne pas forcer le contact

Je déteste faire la bise. Je hais serrer la main. J’ai peur des microbes et je ne vois pas pourquoi je serais obligée à quelque contact que ce soit. Du coup c’est pareil pour mes enfants, pas de « fais la bise à la gentille dame ». Ils sont doués de parole et poliment, ils extériorisent leur bonjour ou au revoir avec des mots, c’est déjà bien !

4/ Dire les choses clairement

Personne n’a le droit de toucher ou regarder  tes parties intimes, celles qui sont couvertes par tes sous-vêtements, et tu n’as pas le droit de toucher ou regarder  les parties intimes de qui que ce soit ! Tu dois dire NON et aller en parler à un ou plusieurs adultes si cela arrive, à moi, à papa, à tatie, à mamie, à qui tu veux mais tu ne dois pas avoir honte de le dire. On est là pour régler les problèmes. 

En vidéo pour les plus petits ici 

5/ Eviter les secrets

On a parfois des petits secrets en famille mais l’enfant doit savoir qu’un secret est toujours drôle, léger, positif, si ce n’est pas le cas et que le secret le stresse, c’est qu’il est trop lourd. Si quelqu’un te demande de te taire, de garder un secret ou t’offre des cadeaux dont tu ne peux pas parler, tu dois le dire immédiatement à un adulte ressource, un adulte en qui tu as confiance, moi ou quelqu’un d’autre…

6/ Rester en groupe

Face à un inconnu ou quelqu’un qu’on connaît peu, il faut apprendre à l’enfant à ne jamais s’isoler ou suivre la personne pour quelque raison que ce soit, ni une surprise, ni un cadeau, ni un miracle. Certains adultes qui ont cette maladie sont prêts à tout pour être seuls avec un enfant, il faut éviter ce moment et rester en groupe. Et si un des tes amis a un problème de ce genre là, il faut lui demander d’en parler à un adulte ressource ou en parler à sa place s’il n’y arrive pas.

Difficile d’être exhaustive, je ne suis pas psy, je suis une maman, une solide, une à qui on ne la fait pas … mais je sais que ce genre de choses arrivent vite et qu’il ne faut pas tarder à parler avec son enfant, sans en faire un cours magistral, sans faire peur, avec simplicité, en leur demandant si quelque chose leur était déjà arrivé mais sans mener d’interrogatoire pour ne pas abîmer leur douce confiance !

Mes supports à lire avec les enfants : 

51g7zo9g5l-_sx258_bo1204203200_

Et ces pages du Petit Quotidien très bien faites dont je vous ai fait une capture d’écran !

capture-decran-2016-12-16-a-09-33-16

capture-decran-2016-12-16-a-09-33-35

 

* En cas de doute, de questionnement ou de danger, appelez le 119 anonymement et gratuitement :  Enfance en Danger

 

Comments are closed.