Bon plan Toulouse et Paris : Mise à jour pour un showman

Vincent-AZE

Quand on connaît un peu Vincent Azé, on n’a plus envie de le perdre de vue … Cela fait quelques années que je suis son parcours avec délectation …Artiste protéiforme, auteur, comédien, Vincent Azé s’illustre pour la première fois dans un one man show qui lui ressemble et qui nous ressemble ! Mise à jour est un spectacle écrit par Raphael Pottier et Adrien Piquet-Gauthier pour évoquer les états d’âme parfois pesants que peut engendrer la crise de la quarantaine qui nous guette tous ou que nous avons, par chance, réussi à éviter pour l’instant…

kidiloisir-out

 2 mariages

2 enfants

2 fois 20 ans

2 fois plus immature !

Vincent Azé est d’abord auteur : théâtre, télé, one-man show, il est un amoureux des mots et a la verve flamboyante et musclée, vulgaire parfois, juste ce qu’il faut … Le divorce, la pension, les enfants, la religion, le sexe … mmm … sous des airs de misogyne vieux fan de Nicolas Sirkis (Indochine) se cache un amoureux des femmes qui tacle la gent masculine à travers son propre personnage !

Des artistes renommés ont joué ses textes : Franck Dubosc, Florence Foresti, Mickaël Youn, Elie Semoun, Mimi Mathy, Jean-Luc Lemoine, Bénabar, Nolwen Leroy, Julien Clerc, Pascal Obispo, Dany Brillant, Cauet  et même Sylvester Stallone !

Cette fois, usant de son expérience d’homme, d’artiste et de père, Vincent Azé se met lui-même dans la lumière dans  « MISE A JOUR » …

confidence-avec

Vincent, 40 ans et deux ans de plus. Papa d’Elisa, 16 ans et de Valentin 4 ans.

1 : Tu es quel type de kididad ?

J’ai eu deux enfants avec deux mamans différentes avec lesquelles je suis séparé. Mes enfants, c’est donc mon socle. Au quotidien, je suis un véritable papa poule. J’appelle ma fille tous les jours, ce qui a le don de l’énerver. Ado, elle a envie que je la laisse un peu tranquille, mais j’en suis viscéralement incapable. S’il y a des vies antérieures, j’ai dû être une maman juive ! J’ai besoin de savoir où elle est, ce qu’elle a fait dans sa journée… Elle râle souvent, mais on peut parler de tout. De ses histoires de cœur, de ses humeurs… Je l’écoute beaucoup et entre nous il n’y a pas de sujet tabou. Mon fils, je l’accompagne le plus possible à l’école le matin. Même si, à cause du travail, je suis rentré très tard la veille. Tous les soirs je viens le voir quand il dort, je lui fais une petite caresse sur la joue. Et quand je suis en tournée j’ai besoin de les voir, alors je Skype, je Facetime, je MSN ! Je suis accro à mes gosses ! Et très important, tous les jours, je leur dis : « Je t’aime ».

 

2/ Tes kids ils en pensent quoi de ton job ? Ils te trouvent comment sur scène ?

Elisa a chopé le virus. Elle est donc à fond. Elle écrit des sketches depuis deux ans, vient d’entrer au conservatoire. Objectivement, je la trouve douée, elle a le sens du rythme, de la rupture. Il ne lui manque que la technique. Il faut dire qu’elle traîne dans les salles de spectacle depuis qu’elle est née. Je jouais au théâtre de Paris quand elle avait deux mois. Tous les soirs, pendant que j’étais sur scène, elle dormait dans la loge de Suzanne Flon, gardée par une ouvreuse. Quand j’écrivais pour Smaïn, nous allions le voir très souvent au Casino De Paris et elle attendait que vienne le moment des saluts. Dès que le noir se faisait, elle grimpait sur scène, prenait la main de Smaïn et saluait avec lui. A quatre ans elle affrontait une salle de 1 500 personnes mortes de rire. Plus tard, elle traînait sur les tournages de Cauet où on peut la voir jouer dans certains sketches. Ma fille, je ne peux pas la bluffer. Elle est très critique. Si je me trompe sur une réplique, si je ne suis pas dans le coup, elle le voit tout de suite et analyse toutes mes erreurs comme si elle était mon metteur en scène !

Pour Valentin c’est un peu plus abstrait. Il me dit quand je pars travailler : « Amuse-toi, joue bien ». Il doit penser que je joue aux Playmobils avec des copains. Alors il y a un mois, je lui ai montré mon passage à Bobino pour le Montreux Comedy Club. Sa première réaction en voyant la foule ça été de dire : « Waouh ». Il était super impressionné. Ensuite il m’a écouté 30 secondes faire mon sketch. Et là, il se retourne vers moi, étonné et me sort : « Pourquoi tu parles pas normalement ?  ». Moi qui croyais que mon jeu était naturel, raté ! Puis il est parti jouer pour de vrai.

3/ Ta chanson ou ton histoire pour les endormir ?

Pour Valentin, qu’importe l’histoire tant que ça sort de sa collection « Mes p’tits docs ». Alors on passe des pirates, au cirque, en passant par le Judo, les cro-magnons etc… et parfois je lui chante une chanson que je chantais aussi à ma fille. Je le colle contre moi, et je chantonne « Dodo mon bébé, dodo, il est fatigué » je répète cette phrase sans cesse, avec une voix grave, comme un mantra, jusqu’à ce qu’il fatigue. Elisa, à 16 ans, s’endort toute seule en écoutant Deezer…

4/ Ton lieu préféré pour traîner avec eux ? 

Quand je suis à Toulouse avec mon fils, le matin, on va surtout place Saint-Georges. Lui il peut s’amuser et moi, je peux boire un petit café tranquille en le surveillant facilement. ZepléGraounde, il peut y rester des heures ! Un paradis pour les mômes et pour les parents ! Sinon, c’est Jardin des Plantes.  Petit j’Y passais mes mercredis après-midis. Avec ma fille, on va surtout Rue Saint Rome, elle a ses boutiques préférées, et aussi dans le quartier Wilson pour La Fnac et les cinoches.

A Paris, avec mon fils, c’est soit une virée au jardin d’acclimatation ou soit n’importe quel parc où il y a des marionnettes. Avec ma fille, c’est plus les Halles. Et certains soirs, on va voir les copains humoristes sur scène.

5/ Tu peux vider tes poches ? Y a quoi dedans ?

photo

Mon portefeuille ! Obligatoire, CB, photos, cartes diverses, portes bonheur etc… Mon portefeuille, c’est un sac de filles !

Ma cigarette électronique offert par Raphaël mon partenaire d’écriture qui supportait plus de me voir fumer comme un imbécile. Ma fille est super contente du coup. Chewing-gum qui vont avec parce que s’arrêter de fumer… C’est dur !

Les clés de ma Vespa ! Indispensable dans Paris. Vous remarquerez le porte clés Stade Toulousain… Je suis un fou de rugby et j’ai joué au Stade durant mes jeunes années…

Un petit galet qui vient de L’île d’Oléron, c’est un petit présent que m’a fait une amie qui compte beaucoup. Il traine dans ma poche, je l’oublie, et parfois quand je plonge ma main je le retrouve et ça me fait sourire.

Les écouteurs de mon téléphone. Hyper important ! Le Smartphone ! C’est mon bureau portatif. Je suis un addict patholigiquement atteint ! Et parfois même, il me sert pour téléphoner.

6/ Tes projets pour cette année ?

D’un point de vue écriture, j’espère voir naître sur scène au moins l’une de mes deux nouvelles pièces « Bouquet Final » et « Ma dernière nuit d’amour ». En tant que comédien, je me laisse toujours porter par les aventures inattendues que l’on me propose. Et j’espère que mon One Man Show : Mise à Jour prendra une belle dimension.

7/ Un mot pour les Kidimum ? 

Maman, c’est la plus belle fonction du monde. Je suis jaloux ! Moi aussi je voudrais être une maman : au moins un jour ! (Mais pas celui de l’accouchement !)

 

Allez courez ! L’homme et le comédien valent le déplacement ! 

Au Café théâtre des Mînimes à Toulouse en janvier et en février à L’instinct théâtre à Paris.

Comments are closed.